Les fêtes de la Saint Jean du passé… 

De nos jours, la Saint Jean est une fête encore bien vivante, en particulier dans le val sierckois, où la descente de la roue enflammée, moment fort de la manifestation, est une tradition bien ancrée dans les mémoires...

Les torches et les feux ont été remplacés par un spectacle pyrotechnique, mais l’esprit reste intact…

Au fil des années, la ville a été le théâtre de manifestations variées.

Elle a vu défiler des chars, des formations militaires (hussards de Colmar, chasseurs alpins...), des groupes folkloriques tels les « Cantalous et Santerelles » d’Apach, la « Soyotte » de Saint Dié, « Dei vum Museldal » et bien d’autres fanfares, harmonies et autres formations musicales. À plusieurs reprises, l’armée napoléonienne s’illustra en jouant la marche de Saint-Roch de Chatelet à l’occasion d’un défilé ou encore en montant à l’assaut du château.

Des artisans venus exposer leurs travaux et expliquer leur savoir-faire ont investi les rues.

Une cave, puis plusieurs, dans lesquelles règne toujours une ambiance joyeuse, ont été ouvertes pour la dégustation du vin de Contz.

Le site remarquable du château avec son four à pain, sa buvette et ses animations est une étape incontournable.

La Moselle aussi a servi de scène pour divers spectacles, fête vénitienne, son et lumière et feux d’artifice.

Les bals, en plein air ou sous chapiteau, clôturaient la soirée. Ils étaient animés par des orchestres renommés.

Pas de recette miracle pour relever le défi : nous devons nous reposer sur des valeurs sûres telles le terroir avec ses produits locaux de qualité, des animations variées (groupes musicaux, folkloriques...), une mise en valeur de l’artisanat, le développement de la notion de préservation de l’environnement ainsi que la sécurité routière. Le vide-grenier doit être dynamisé pour devenir un rendez-vous à ne pas manquer.

Ainsi, la fête de la Saint Jean contribue largement au développement touristique et économique de notre belle région des trois frontières.

Historique

Tradition multimillénaire remontant à la nuit des temps, la Saint Jean, quelle que soit sa forme ou son nom, est sûrement le plus ancien élément du patrimoine et de l’histoire commune des habitants du Pays de Sierck.

Certainement issue d’un ancien culte solaire né chez nos ancêtres préhistoriques,
elle est restée très présente chez les gaulois ou les celtes qui l’ont rapproché de l’un de leur dieu, Taranis.
Après la christianisation de notre pays, cette fête païenne est devenue celle de Saint Jean, et de nos jours, même si elle porte toujours le même nom, son aspect religieux est de plus en plus ténu. Malgré tout, la tradition se perpétue avec une grande fête toujours très populaire, organisée par l’Amicale de la Saint Jean de Sierck les Bains, devenue gardienne de la tradition.
Le lieu, la date, la descente de la roue, les croyances qui y sont liées et le feu sont tous autant de témoignages des époques passées et de la manière par laquelle cette tradition était célébrée.

Peut-être que dans un futur plus ou moins lointain, nos descendants aussi sauront conserver une part de l’esprit ou de la manière dont nous organisons cette fête.
Alors faisons ce qu’il faut pour perpétuer la tradition !