La chapelle de Marienfloss

Le sanctuaire de Marienfloss, situé à la sortie sud de Sierck le Bains, fut fondé en 1238 par le duc de Lorraine Matthieu II et son épouse Catherine de Limbourg. Il fut construit un monastère près de la chapelle bâtie en l'honneur de Notre Dame de la Liesse, et fut confié aux cisterciennes de Saint Bernard.

Deux siècle plus tard, les bernardines de Marienfloss durent quitter le monastère. Celui-ci tomba en ruine par le malheur de la guerre qui sévissait alors en Lorraine. En 1415, des chartreux vinrent de Trèves à la demande du Duc Charles II et de son épouse Margueritte de Bavière, pour continuer l'oeuvre des religieuses. Les misères du sanctuaire n'étaient cependant pas terminées : les chartreux n'eurent que le temps de remplacer l'oratoire a demi ruiné par une belle église à trois nefs, flanquée de deux chapelle latérales, dont il ne reste actuellement que celle du coté Evangile qui est le sanctuaire actuel.

Après seize ans de séjour à Marienfloss, les religieux de Saint Bruno durent à leur tour quitter le site. Pour ne pas laisser tomber en ruine l'église à nouveau, Arnoult, seigneur de Sierck, et Jacques, son fils, archevêque électeur de Trève, intercédérent en sa faveur auprès du Vatican. En 1443, une bulle d'Eugène IV chargea l'archevêque de Trèves lui même de bâtir le monastère de Marienfloss en l'église collégiale. Neuf chanoines séculiers devait la desservir (leurs croix pectorales sont conservées par les musées de Metz et Cluny). La guerre de trent ans survint, amenant de nouvelles ruines, mais les pélerinages ne cessèrent pas. Au XVIIe siècle, une bulle d'Urbain VIII unit la collégiale de Marienfloss à l'abbaye de Rettel. A cette dernière revint la charge d'entretenir la chapelle et de subvenir aux besoins du pélerinage.
La révolution survint et la chapelle fut vendue comme bien public et en partie détruite, à l'exception de la chapelle latérale du coeur (on peut y voir encore un christ et le statue de Notre Dame de la Liesse du XVe siècle).

Au XXe siècle, après vingt ans d'efforts, la restauration du sanctuaire de Marienfloss, dont le ville de Sierck est maintenant la gardienne, s'est achevée en 1982 en présence de MSG Paul-Joseph Schmitt, évêque du diocèse de Metz, et de l'évêque d'Essen (Allemagne), qui est la ville originaire d'Adolphe d'Essen, fondateur de la chartreuse de Marienfloss et auteur des Mystères du Rosaire, de célébrité mondiale (voir l'article page tourisme et patrimoine/légendes et traditions).
Article réalisé à partir du livre "La Lorraine de l'Etrange", voir page bibliographie.

Bulletin Municipal n°17

Regardez le en ligne le journal n°17